Les prières de l’incroyant

Les poèmes sont des compagnons de route pour le voyageur solitaire. Certains sont passéistes, d’autres visionnaires, certains poussent à la contemplation, quand les autres se dressent, solides, face aux éléments déchaînés. Manière de ressentir le monde, la poésie a besoin d’espace et de lenteur.

"La poésie est un sport de l'extrême", Miss Tic

« La poésie est un sport de l’extrême », Miss Tic

Accordés au rythme du monde

Dans Petit traité sur l’immensité du monde, Sylvain Tesson raconte comment ses poèmes de route l’accompagnent lorsqu’il marche. Lors de ma première lecture, je n’ai pas été sensible à ce sujet. Je ne lisais plus de poésie depuis vingt ans, car il n’y avait plus, dans ma vie, de moment disponible pour ce temps lent et suspendu, plus de place pour ce rythme différent.

Jusqu’au moment, où une autre lecture, Nomade du Grand Nord de Kim Hafez, m’a poussée à m’interroger sérieusement sur le rôle de la foi et de la prière dans le quotidien parfois difficile du voyageur au long cours. L’aventurier kayakiste gardait un moral d’acier, même dans les situations les plus dramatiques, grâce à sa croyance en la protection de son dieu. Sur quoi, moi, incroyante de naissance et de cœur, j’allais pouvoir m’appuyer face à l’ennui et aux galères de la route ?

Drapeaux à prières au Tibet

Drapeaux à prières au Tibet

Alors les mots de Tesson sont revenus en force. Alors les poètes de mon adolescence ont ressurgi, se bousculant aux abords de mes émotions de grande. Depuis, je relis de la poésie. Depuis, je collectionne les poèmes de route. Depuis, je me demande comment j’ai pu me passer de poésie aussi longtemps. Sûrement parce qu’elle ne s’accordait pas au rythme de ma vie. Pourtant, elle aurait dû m’accompagner, au moins durant mes précédents voyages, mais je dois avouer que je l’avais oubliée. Ou plutôt, je lui avais organisé un enterrement à la va-vite, lui signifiant ainsi que je n’avais plus de temps pour elle dans le monde adulé des adultes.

Intacte de dieux

 À la manière de Prévert, j’ai toujours été intacte de dieu(x)…

« J’ai toujours été intact de Dieu et c’est en pure perte que ses émissaires, ses commissaires, ses prêtres, ses directeurs de conscience, ses ingénieurs des âmes, ses maîtres à penser se sont évertués à me sauver.
Même tout petit, j’étais déjà assez grand pour me sauver moi-même dès que je les voyais arriver.
Je savais où m’enfuir : les rues, et quand parfois ils parvenaient à me rejoindre, je n’avais même pas besoin de secouer la tête, il me suffisait de les regarder pour dire non.
Parfois, pourtant, je leur répondais : « C’est pas vrai ! »
Et je m’en allais, là où ça me plaisait, là où il faisait beau même quand il pleuvait, et quand de temps à autre revenaient avec leurs trousseaux de mots-clés, leurs cadenas d’idées, les explicateurs de l’inexplicable, les réfutateurs de l’irréfutable, les négateurs de l’indéniable, je souriais et répétais : « C’est pas vrai ! » et « C’est vrai que c’est pas vrai ! »
Et comme ils me foutaient zéro pour leurs menteries millénaires, je leur donnais en mille mes vérités premières. »
Jacques Prévert

Jacques Prévert

Jacques Prévert

À la manière de Prévert, j’ai toujours été intacte de dieu(x). Mais, je sais que durant mes prochains voyages au long cours, j’aurai besoin de m’appuyer sur les mots. Des mots qui se récitent comme des mantras et des prières, ou des mots qui s’écoutent et qui font sens. Sylvain Tesson raconte qu’il récite de la poésie surtout pour tromper l’ennui. Parce que je suis loin d’être, comme lui, rompue au métier de l’itinérance, je récite de la poésie pour tromper l’ennui certes, mais aussi pour déjouer la nervosité, entraver la peur, accompagner l’allégresse. Comme les croyants avec leurs prières, je trouverai, selon les situations, le réconfort ou la diversion dans les mots des poètes.

Je donne un nouveau rythme à ma vie, qui s’accorde à celui de la poésie. L’adolescente que j’étais serait fière de le savoir. Enfin, je crois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s