En décélérance §3 : Départ imminent !

Le 17 mai, les stradanautes entrent En décélérance ! De la vallée de la Rance à la vallée de la Durance, en passant par la vallée du Célé, Slowboda le vélo et Mey l’être humaine s’en vont décélérer durant quatre mois ! Au jeu des idéaux ampoulés, les stradanautes disent qu’ils ont envie de voyager,…

En décélérance §2 : Trois livres de livres !

Dans la préparation d’un voyage à vélo, tel que je le conçois, il faut penser au matériel pour le cyclo, pour le bivouac, pour le corps de l’être humaine, mais aussi pour l’esprit de l’être humaine. Le 17 mai, je pars donc sur les routes de France avec 11 livres et quelques cahiers ! Chiffres…

Sylvain Tesson, Sur les chemins noirs

Écrivain voyageur incontournable de notre époque, Sylvain Tesson a ses afficionados, dont je ne faisais pas partie. Jusqu’à Sur les chemins Noirs. De ce récit, j’ai aimé les pensées, les émotions, l’écriture et la drôlerie, j’ai aimé suivre le cheminement de l’écrivain sur les minuscules sentiers de France, avec ravissement, en goûtant, comme lui, la…

En décélérance §1 : Itinéraire en ébauche

Le 17 mai, je pars de chez moi en Bretagne pour mon premier long voyage en cyclo, en France. De la vallée de la Rance, à la vallée du Célé, il va être temps de décélérer… « Certains hommes espéraient entrer dans l’Histoire. Nous étions quelques-uns à préférer disparaître dans la géographie », Sylvain Tesson D’océan en…

Toute première fois, tout’tout’…

Invité §1. Mon vieil ami KDM me fait l’honneur d’être le premier invité sur le blog des stradanautes. Il nous raconte sa première journée de première rando en solo et en bivouac. Seul dans la nature, les sensations physiques et psychiques sont plus exacerbées, et KDM montre bien comment il faut apprendre à composer avec…

Tu prends tes peurs pour des réalités !

Introspection §1, où il est question de la façon dont j’ai terrassé les peurs qui me collent au corps. « Tout est bruit pour celui qui a peur », Sophocle Une sombre histoire de morpion En quelques mois à peine, je me suis détachée de quasiment toutes mes peurs, mue par la farouche envie d’enfin pouvoir partir…